Le guide de votre bien-être à domicile

Actualités

Réglementer les antennes-relais pour réduire le taux d’exposition aux ondes électromagnétiques

Avancée technologique oblige, nous assistons actuellement à une hausse du nombre d’antennes-relais de téléphonie mobiles. Chez les personnes sensibles, l’exposition aux ondes électromagnétiques de ces appareils représente un risque énorme sur la santé.

Pour limiter la puissance des ondes

Afin d’arriver à une diminution de la puissance des ondes électromagnétiques émises par les antennes-relais, un comité d’expert confirme qu’il faudrait d’abord augmenter le nombre des antennes avant d’atteindre le niveau de qualité exigé par la couverture de la téléphonie mobile. D’autres associations sont en pourparler pour réduire à 0,6 V/mètre le seuil réglementaire d’exposition qui est actuellement situé entre 40V/mètre et 61 V/mètre en France. Dans son dernier rapport, le Copil a remis au gouvernent les résultats de plusieurs expériences réalisées dans 16 villes de France et y a intégré une demande de réglementation de l’implantation des antennes-relais.

D’autres sources d’ondes électromagnétiques

Outre les antennes-relais, les experts citent également d’autres sources d’ondes électromagnétiques : les téléphones portables et les émetteurs radio FM figurent en tête de liste.

Des cas d’intolérance aux ondes électromagnétiques

Chez les personnes électrohypersensibles (EHS), les ondes électromagnétiques émanant des réseaux wifi, des téléphones portables et des antennes-relais provoquent des maux de têtes, des insomnies, des brûlures, de la tachycardie et d’autres symptômes plus graves. Pour limiter les dégâts provoqués par les champs électromagnétiques, les victimes de cette maladie non reconnue en France sont obligées de porter des protections, aménager le logement, abuser des consultations médicales et vivre dans des lieux isolés.

Créer des zones blanches

Les malades des ondes se sont rassemblés dans la vallée isolée de Boulc (Drôme) les 26, 27 et 28 août derniers pour accélérer la demande de création de zones blanches sans radiofréquence. Parmi elles, Anne Cautain est obligée de vivre dans une maison forestière pour ne plus ressentir des brûlures dans ses terminaisons nerveuses, Oscar tente de surmonter les picotements, brûlures et maux de tête lors de ses journées de travail à Paris tandis qu’Isabelle porte une casquette remplie de fils de cuivre et d’argent pour diminuer les maux de tête et les fourmillements dans le crâne.