Le guide de votre bien-être à domicile

Actualités

Ondes électromagnétiques : la lutte des médecins suisses

Selon les membres du MfE ou médecins en faveur de l’environnement, il est important de réduire au maximum les valeurs limites des ondes électromagnétiques issues des communications sans fil. En mettant en exergue le caractère urgent de leur demande, les médecins helvétiques veulent augmenter le degré de précaution liée à la téléphonie mobile, les lignes à haute tension, le wi-fi, etc. Il s’agit juste de faire le point sur le militantisme de leur demande.

Dans leur courrier du 16 mars 2012, les médecins s’adressent au Conseil fédéral (gouvernement), à l'Assemblée fédérale et au Conseil des États suisses et font suite à une interpellation du Conseil fédéral sur les « réseaux électriques intelligents et risques liés au rayonnement » posée par une des parlementaires verts et socialistes.

Ces deux textes sont les résultats du classement des champs électromagnétiques de radiofréquences qui sont « peut-être cancérogènes pour l’homme (Groupe 2B) » selon le Centre international de Recherche sur le Cancer (CIRC), une branche de l’OMS.
A part l’interdiction du DDT cité par ces militants, l’essence, le gaz d’échappement, les pilules à base de progestérone, le café, le safrole des épices comme la cannelle, la noix de muscade et le poivre noire sont autant de cancérigènes qui ont échappés à leur vigilance.

Par ailleurs, les Médecins en faveur de l’environnement ont évoqué dans leur communiqué de presse que « l'Université de Zurich établit en 2012 une prévalence dix fois plus élevée de la cécité de naissance (cataracte) des veaux pendant la durée d'exploitation d'une antenne relais installée sur une étable ». Autant de données qui mettent le doute sur le but de la revendication des membres du MfE.